2019

premier printemps : s'installer en perm

mai, un chantier,
du ménage, démurrer les fenêtres, installer une cuisine, de l'eau et de l'électricité, les services techniques de la ville, les copains de rural combo, de la lumière à travers les carreaux, des tables pont-levis qui s'ouvrent sur l'espace public.

des rencontres
des rendez-vous un peu tous les jours, des visites, beaucoup de visites, un premier comité de suivi, une présentation aux journées nationales de la preuve par 7 à Bagneux.

 

l'été : préparatifs à la réouverture

deux mois de stage avec Loïc, une pièce repeinte par Léna, une brochure jeunesse avec les jeunes de Billom Communauté et les éducatrices de l'ADSEA63, une semaine avec l'association ici! pour produire l'exposition Endroits à l'Envers, une semaine de résidence pour Paul pour produire l'exposition Histoire(s), une rencontre avec Philippe Skaljac pour m'apprendre à enregistrer les histoires qu'on me raconte sur l'ancien collège

encore du chantier,
dix jours dans la cour avec jeunesse & reconstruction, une roseraie redressée, des buis taillés, des tables et des bancs pour manger dehors, des repas multilingues, et puis un autre chantier Rural Combo, construire les scénographies des expositions, sécuriser au mieux un espace non normé pour l'accueil du public, avec ses rampes amovibles et ses alarmes incendie maison, construire des coffres à roulettes, des tréteaux, tout est bon pour aménager l'espace, ouvrir encore quelques portes murrées, encore.


septembre : le grand jour

inauguration en avant-première un vendredi 13 pour porter chance, du beau monde à la table, un comité de pilotage, et puis enfin les fameuses journées du patrimoine tant attendues, 500 personnes d'après la police qui n'était pas là, 12 visites guidées avec les complices du Pays d'Art et d'Histoire, conclues en beauté par une performance des Acteurs Pupitres et Compagnie (12 fois là aussi, l'endurance, merci), et toute la journée les expositions, raconter les Histoire(s) du lieu, et d'autres Endroits à l'Envers, des espaces d'écoute des reportages-ragots de l'ancien collège, toute la journée le bar et les jeux de l'Amicale Laïque et la soupe de Roule Ma Soupe sur le parvis, et puis à la nuit tombée, est arrivé l'homme sauvage qu'on avait déjà apperçu dans Si t'es Jardin, les films de Nelly Girardeau et les collégiens du Beffroi, la performance dansée dans la cour, Sylvia Delsuc, des collégiens costumés, Marjolaine Werckmann, Claudia Urrutia, et le Trio Maulus à la musique, le vent dans les fenêtres ouvertes, un temps qui s'est arrêté, et tout ça sous l'objectif de Nicolas Anglade, pour ne rien oublier.


à l'automne : du recul et un peu d'architecture

un plateau radio au colloque Espace Rural Projet Spatial en Ardèche avec le laboratoire de programmation habitée Barbara, un exposition du travail réalisé par les étudiants de l'école d'architecture de Clermont-Ferrand sur l'ancien collège avec de belles maquettes, une journée nationale de l'architecture en octobre, l'occasion de nouvelles visites guidées avec le Pays d'Art et d'Histoire, et d'une projection manigancée avec Cinéparc et la maison de l'architecture de Clermont-Ferrand du film L'étrange Histoire d'une Expérience Urbaine, suivie d'un débat avec Sophie Ricard, permanente à l'Hotel Pasteur à Rennes, pas beaucoup de sièges vides d'après la police qui n'était pas là, beaucoup d'étudiants en architecture, certains venus même depuis Paris Malaquais, en résidence une semaine entre la Perm et l'écopole Val d'Allier, qui en ont faire leurs projets de semestre, sous les conseils bienveillants de Catherine Clarisse et de Nicole Concordet, et pour finir la saison par là ou elle avait commencé, avec la preuve par 7, cette fois au théatre national de Gennevilliers, une conférence-récit sur ce qui se joue ici, avec la chercheuse et complice Edith Hallauer, du laboratoire Barbara.